Sélectionner une page

 

Depuis plusieurs siècles, des populations observent des périodes de jeûne de quelques jours ou semaines par an, sans vouloir chercher un intérêt médical, ce jeûne s’avère souvent bénéfique pour la santé. Loin de son côté spirituel , la science a prouvé que pratiquer le jeûne sous certaines conditions est capable de combattre l’obésité et prévenir le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Jeûner n’est pas s’affamer

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le jeûne ne consiste pas à cesser complètement de se nourrir pendant de longues périodes, ceci reste la pratique de certaines personnes qui veulent se débarrasser des envies du corps et vivre dans une spiritualité absolue

Le jeûne suivi médicalement, dans le but d’améliorer sa santé et perdre de la masse graisseuse a ses règles et se pratique dans le respect des besoins nutritionnels du corps.

Le but étant de pouvoir améliorer la santé, et maigrir en conservant sa vie professionnelle et sociale.

Il est plus valorisant de dire «  je jeûne » que «  je suis en régime »

Aujourd’hui, le mot régime devient de plus en plus dépassé et est plutôt synonyme d’échec et de mal être.

Les idées reçues sur le jeûne comme étant un moyen de restriction sont fausses, bien suivi, il n’apporte que bienfaits au corps, il suffit de bien s’informer et s’y préparer.

Le fil conducteur entre les différentes méthodes de jeûner est le fait de cesser de manger pendant plusieurs heures, et de retourner à une nourriture habituelle sans contrainte ni gros efforts ou fatigue insurmontable.

Pendant ces heures, on continue de boire de l’eau ou des boissons non sucrées, cela évite la déshydratation qui est plus dangereuse aux cellules que se priver temporairement de nourriture.

Le jeûne est le mode de vie normal ancestral

Pour faire un peu d’histoire, et se rendre compte à quel point la vie moderne a changé notre regard sur le déroulement d’une journée ordinaire, rappelons nous la journée type des hommes anciens.

Ces hommes étaient contraints d’aller chercher leur nourriture dans la nature, et chaque jour, car ils ne pouvaient pas la conserver.

Comme il n’avaient ni Nutella ni beurre de cacahuète dans le placard, l premier repas de la journée commençait probablement en milieu de journée, le petit déjeuner est une invention très récente.

Ceci pour réconforter les personnes qui ont du mal à s’obliger à manger le matin, mais n’est pas du goût de tout le monde !

Les différents types de jeûne et leur déroulement

Loin de vouloir ressembler à l’homme des cavernes, les nouvelles recommandations pour pratiquer un jeûne en harmonie avec une vie moderne permettent de le suivre sans grandes contraintes.

Il n’existe pas une seule manière de jeûner, mais plusieurs, ce qui permet à chacun d’envisager cette pratique dans le respect de ses habitudes nutritionnelles et sociales.

Le jeûne intermittent reste la pratique la plus facile, ne nécessitant pas de connaissances particulières en nutrition et offre plusieurs possibilités, de telle façon à ce que chacun puisse y adhérer le plus longtemps possible.

Cycle de jeûne de 16 heures

C’est la modalité la plus facile, on arrête de manger de 20 h à 12 le lendemain, pour faire simple, on dine assez tôt et on saute le petit déjeuner, le premier repas étant le déjeuner à midi.

La précaution à prendre est de manger normalement, sans excès sous prétexte de combler le déficit du matin, cela fera perdre tous les bénéfices du jeûne.

Ne pas manger le matin n’est as synonyme de privation, car l’estomac ne réclame pas forcément de nourriture au réveil, de l’eau calme largement les gargouillis qui cesseront quelques jours après avec la poursuite du jeûne.

Pour être efficace, il faut respecter ce cycle de 16 h chaque jour, le corps va s’y habituer, et il est même possible d’augmenter progressivement la durée sans ressentir de privation.

Le jeûne 5/2

Consiste à jeûner 2 jours par semaine et manger normalement les 5 autres jours, en continuant à boire de l’eau pour s’hydrater.

Le choix de ces jours est essentiel, éviter les weekend à moins de le réserver pour une cure de purification totale et loin de toutes contrainte sociale.

Le jeûne partiel

Consiste à manger très peu pendant une journée, environ le quart de l’apport calorique habituel et de se nourrir normalement le jour suivant, et de faire de cette pratique un cycle à long terme.

Que se passe t-il en période de jeûne ?

Quand le corps reçoit moins de nourriture que d’habitude, plusieurs scénarii sont possibles.

Quand il s’agit d’un régime amincissant hypocalorique ou même hyper protéique, au bout d’un moment le corps réduit ses dépenses énergétiques pour s’opposer à la privation.

Il conserve ses graisse et peut même en fabriquer plus, l’intérêt pour maigrir est vite perdu et le désenchantement au rendez vous.

Les bienfaits du jeûne

Pendant le jeûne, il n’y a pas de réelle privation, puisque il s’agit juste de sauter un repas ou de diminuer l’apport calorique temporairement, le fait de rassasier raisonnablement le corps juste après, ne laisse pas le temps à l’installation du mode conservation.

Ainsi, le jeûne va agir durablement sur la distribution des graisses et va aider à réguler la glycémie et le mauvais cholestérol

Pendant les heures de jeûne, les besoins énergétiques sont comblés par une plus grande combustion des graisses emmagasinées, puisque le premier substrat de l’énergie qui est le sucre n’a pas été consommé.

Cette combustion survient pour plusieurs raisons : le jeune stimule la production de l’hormone de croissance, qui à son tour augmente le métabolisme de base.

La graisse la plus ciblée étant celle qui est autour des viscères, l’abdomen se trouve plus tonique, d’autant plus que le jeûne préserve la masse musculaire contrairement aux régimes amincissants restrictifs.

Jeûner fait perdre du poids

L’observation correcte et régulière d’un jeûne intermittent permet de réduire la graisse corporelle et fait perdre du poids.

On peut espérer une perte de poids durable et progressive, sans effet yo-yo.

A l’inverse d’un régime rapide ou trop restrictif, la perte de poids se stabilise dés qu’un poids santé est atteint, si on décide de poursuivre longtemps cette pratique, il y’a pas de risque d’amaigrissement excessif.

Le jeûne combat le diabète

L’une des plus belles réussites de la pratique du jeûne est sa capacité à réduire significativement l’incidence du diabète, fléau du siècle et source de mortalité massive.

Pendant les heures du jeûne, la glycémie est diminuée puisque la consommation des sucres rapides est proscrite.

Avec la poursuite du jeûne, une correction des taux d’insuline ainsi qu’une meilleure sensibilité des cellules à l’insuline permet un meilleur contrôle de la glycémie.

Le jeûne est par conséquent un moyen efficace pour prévenir le pré diabète et empêcher l’installation du diabète de type 2.

La condition étant toujours de ne pas rompre le jeûne en se ruant sur des produits sucrés sous prétexte que le corps en a besoin.

Un repas plutôt salé est meilleur, il contient assez de sucres lents pour combler les besoins énergie.

Prévenir les maladies cardiovasculaires grâce au jeûne

Les chercheurs ont mis en évidence une relation de cause à effet du jeûne sur l’amélioration de la santé cardiovasculaire.

L’hormone de croissance qui est libérée en grande quantité pendant les heures de jeûne, permet de vider les adipocytes de leur graisse, et diminuer les triglycérides sanguins.

Des effets sur les fonctions cérébrales

On attribue au jeûne des effets sur l’amélioration des capacités cognitives, ce qui protège plus longtemps le cerveau des maladies dégénératives comme Alzheimer, ceci reste à démontrer par plus de statistiques et d’études scientifiques.

Effet du jeûne sur l’humeur

Les personnes qui ont suivi des périodes de jeûnes estiment que leur force psychologique a été améliorée, ils ont plus d’énergie, ont un meilleur rendement intellectuel et connaissent une paix intérieure appréciable.

N’oublions pas que cette notion de jeûne comporte toujours une part de spiritualité, qui se reflète dans le comportement plus paisible et moins stressé .

Share This